mardi, janvier 12, 2010

Les oligopoles sortent gagnants de la crise

Le Monde.fr, 12 janvier 2009 - C'est sous ce titre que le quotidien Le Monde propose un dossier consacré au retour des oligopoles ...
Dans de nombreux secteurs, une fois la stupeur du choc financier passée, les discussions ont repris : alliances, coopérations, acquisitions ? Les sidérurgistes s'inquiètent ainsi de l'opération de fusion, en cours, des activités de minerai de fer des géants anglo-australiens Rio Tinto et BHP Billiton, qui contrôleraient ensemble plus d'un tiers des exportations mondiales de minerai de fer, risquant de former un "duopole" avec le leader brésilien Vale (32,8 % du marché), selon l'association Worldsteel. Dans l'automobile, des projets tous azimuts sont évoqués à la suite du rachat de Chrysler par Fiat ou de Vovlo par le chinois Geely : PSA et Mitsubishi, Volkswagen et Suzuki. La vague va du transport aérien (British Airways-Iberia) aux logiciels (Sun-Oracle). Mais le mouvement de concentration le plus évident, et le plus paradoxal, est celui du secteur bancaire. Les acteurs too big to fail - ceux dont la faillite emporterait tout le système financier - ont été secourus. La garantie des dépôts et l'injection de capitaux par les Etats, le prêt de liquidités quasi gratuites par les banques centrales, les ont sauvés... et leur ont permis de consolider leur position dominante. Alors que la crise a été en partie causée par les effets d'une cartellisation excessive de certaines activités financières, elle a, de fait, renforcé ce phénomène. Lors des trois derniers mois de 2009, les opérations de fusion-acquisition ont atteint 625,4 milliards de dollars (439 milliards d'euros) dans le monde, leur plus haut niveau depuis le troisième trimestre 2008, marqué par la faillite de la banque Lehman Brothers, et la panique qui en a découlé. Et sur la totalité de l'année 2009, plus de 38 000 transactions ont été annoncées, totalisant 2 100 milliards de dollars, soit une baisse de 28,2 % en valeur, mais de 6,6 % en nombre.
Pour accéder à ce dossier, cliquez ici.

A la prochaine ...

Aucun commentaire: